Thierry MIRAMON est né  à Marseille il y a  54 ans dans une famille de 4 enfants, 2 frères et une soeur. Son papa est artiste amateur qui adorait l ‘art figuratif (ce qui veut dire reproduire ce que l’on voit) mais il est dans la mauvaise époque ou MALRAUX disait il y aura l ‘art abstrait et rien d ‘autre, combat entre l’apprentissage basic et l’art moderne !  C’est donc aux  côtés de ce papa artiste que Thierry Miramon découvre l’art puis les techniques du dessin. Il lui communiquera le goût du réel dessin ! Sa  passion pour la peinture  ne le quittera plus jamais et il en fera son métier ! il gagnera à l’âge de 5 ans le premier prix de dessin dans la Provence ! Après son baccalauréat, thierry partira découvrir le monde, l’Afrique, l’Asie et d’autres contrées. Pour subvenir à ses besoins et vivre quelques mois tranquille, il exercera différents job . La vie loin du superficiel l ‘attire et ses voyages dureront de 19  à 26 ans.  Thierry a deux fils aujourd’hui l’un de 20 ans et l ‘autre de 16 ans.
Cet  autodidacte trouve sa principale inspiration en copiant  Toulouse LAUTREC, Claude MONET,  Edgar DEGAS qui l’ont influencé et donné l’envie de peindre des scènes de  vie quotidienne et de tout le monde. Sa vision du monde,  sa façon d’aborder les sujets qui l’intéressent, Thierry le fait  avec  une infinie tendresse et une grande délicatesse, ce qui rend ses toiles attachantes comme les dessins précieux de nos enfants. Thierry Miramon met énormément de  sentiments derrière une palette de couleurs tres vives comme on trouvait autrefois chez nos grands maîtres provençaux. Thierry possede un style particulier reconnaissable instantanément lorsqu’on le connait ! C’est avec  sa manière  de casser les traits et de multiplier les plans qu’il est singulier et qu’il se distingue ! On peut même sentir  l’influence du cubisme comme  on trouvait chez Pablo  PICASSO. Tout se déclenche aux environs de la trentaine, pour Thierry grâce au talentueux galeriste Marc STAMMEGNA qui lui ouvrira la direction du succès avec ses tableaux au style caricaturale et figuratif mais toujours avec une vision tendre et ludique ! Thierry est un grand créatif et il s’exercera aussi à la poterie et la bande dessinée  et peindra sur de nombreux objets comme des converses ou encore des ballons ! L’opéra de Marseille lui commandera des affiches et il laissera sur des pochettes de disques ses dessins. Thierry nous dira qu’il ne sait pas ce qu’il va peindre, il prend sa toile et se laisse guider par son intuition un peu comme PICASSO qui disait “quand je sais ce que je dois faire je ne le fais pas”. Alors il s’emblerait que Thierry MIRAMON  il a le même travers,  donner de la légèreté dans la vie des gens dans ses représentations ! Si celui-ci arrive même pour cinq minutes a faire rire celui ou celle qui pose un œil sur son tableau, il a alors réussi a atteindre son objectif ! Ses thèmes majeurs sont Marseille et tous ses tableaux, et les oubliés comme les SDF, piliers de comptoirs et les noctambules  !

Ses projets ?

  • une grande exposition au MAROC à CASABLANCA,
  • bientôt une belle exposition avec Marc STAMMEGNA.

Il nous livre quelques un  de ses gouts !

Son livre préféré :

 Samarcande de Amin MAALOUF

Maalouf nous prend par la main pour nous faire découvrir deux faces du même Orient, à huit siècles d’intervalle … Un fil invisible nous conduit tout au long du roman , fiction historique  On ne peut dire exactement ce qui -pour  fait que ce livre soit un livre à part,  l’habileté de l’auteur ? la force de l’histoire ?  Mais disons que c’est que Amin Maalouf nous dévoile ici ses convictions voir ses doutes par la bouche de ses différents personnages d’une bien plus belle manière qu’il ne saurait le faire avec un essai.  La critique dira “C’est enivrant, c’est puissant…c’est Samarcande”.

Thierry nous dira qu’il l’aimait juste pour la lecture du polar et que ce livre lui a donné le goût du romanesque !

Son film préféré :

Série noire est un film français réalisé par Alain Corneau et sorti en 1979. Le film a donné lieu à cinq nominations pour la 5e cérémonie des César  avec pour meilleur acteur Patrick Dewaere ; meilleur acteur dans un second rôle Bernard Blier ; meilleure actrice dans un second rôle Myriam Boyer ; meilleur scénario original ou adaptation Georges Perec et Alain Corneau ; meilleur montage Thierry Derocles. Mais il n’obtiendra aucun César.

Thierry l’adore pour le jeu inouïe et désespéré de ce grand acteur que fut Patrick Dewaere

Son artiste peintre favori :
Pablo PICASSO car il est le seul et unique !!!!! il nous répond ! et tout le monde connait ce grand peintre !
Son personnage favori : 
Canardo dans la BD de Sokal il est le personnage principal de la série de bande dessinée ! Une enquête de cet inspecteur Canardo et vous découvrez son univers. 

Thierry nous dit  hormis son coté détective privé je me suis senti très très proche de ce personnage !
Sa ville préférée :
Marseille, where else????
Sa cuisine preferee : 
Française et tout particulièrement celle de Delphine Roux

Chez Delphine Roux, et sa sœur, Magalie, les dignes filles d’un chevillard qui se respectent, on annoncerait d’emblée la couleur, quitte à le notifier « haut et fort » sur la carte. Pas de congélateur, et rien que des produits frais ! Vous voilà prévenus ! Qu’à cela ne tienne, éprouvons ! Si côté salle, l’association de tons gris, de toiles en expo du peintre Thierry Miramon, du panneau Marseille 91 kms (récupéré aux Puces), et du plafond à caisson, ne fera pas franchement dans le transcendantal, si question service, la décontraction, et la gentillesse, seront de mise, il est certain que l’intérêt du lieu, pour les Marseillais, et bien d’autres, sera dans l’assiette ! D’ailleurs, notre Burrata crémeuse, onctueuse, et irréprochable soit dit en passant, et le saumon fumé en carpaccio, à peine assumés, c’est une épaule d’agneau pour deux, rosée à cœur, ses champignons de Paris et pommes de terre sautées, découpée devant vous sur guéridon, et une daube de Mauricette (la propre Grand-mère de Delphine), ses pommes vapeur, qui la joueront tout en simplicité et authenticité. Et ce n’est pas l’arrivée impromptue de Jean-Claude Gaudin, le truculent maire de Marseille (certainement un habitué du lieu), suivis d’une cohorte de collaborateurs, venu pour se régaler pareillement d’une épaule d’agneau et d’un bon Bordeaux (sans préciser le choix, d’ailleurs), demeuré, n’en déplaise à certaines mauvaises langues, exemplaire de discrétion, qui pourra contredire notre appréciation. Son (relatif) « silence » faisant loi ! L’aspect dessert s’inscrira dans l’honnêteté la plus absolue, avec un crumble pomme-poire et un tiramisù à la crème de marrons, s’extirpant, de facto, des fondants au chocolat et autres crèmes brûlées habituellement déclinés (chez les confrères, bien sûr) … Et si Jean-claude Gaudin préférera sortir par les cuisines (question discrétion, là encore), nous ne lui emboîterons pas le pas préférant arpenter le quai à la recherche du temps perdu …

Déjà c ‘est un  restaurant pas tres loin de  chez Thierry MIRAMON  mais il nous dira que c ‘est pour sa generosite et son authenticité!!

Le mot de la fin de Thierry ?

“Il faut arrêter de regarder la cote d ‘un artiste et il faut juste succomber tout simplement au plaisir de découvrir vraiment l ‘artiste. Et il déplore le manque de  simplicité et d ‘ émotion dans l ‘achat d’un tableau, c’est trop calculé !” 

lautremag.news conclura ce magnifique moment de partage et d ‘échange avec l ‘artiste talentueux Thierry MIRAMON, sa compagne et ses deux chats avec regret ayant vraiment apprécié les rencontrer ! 

Ps: cliquer sur la première image de la galerie en haut de l ‘article et vous faites défiler toutes les autres en cliquant sur la flèche d ‘à côté ! 

Crédits photos : Robert POULAIN et Juliette REOUVEN

Journaliste : AC