Même si après 5 jours de grève, les poubelles commencent enfin à être ramassées dans certains endroits de la ville, nous assistons encore aujourd’hui à un spectacle navrant de saleté dans le centre de Marseille, notamment au Vieux port.

La CGT campait sur ses positions encore ce week-end mais se disait ouverte aux discussions même si la direction ne semblait pas être du même avis.

La Métropole tente de palier la défaillance des agents du nettoiement grévistes, les commerçants commencent à suffoquer et à dénoncer les conséquences de cette situation peu propice au lèche-vitrines.

En plus de ce débordement d’immondices, les commerçants du centre, surtout ceux de la rue Paradis, doivent aussi faire face aux multiples travaux qui se prolongent. Rappelons le pourquoi de ce blocage: il s’agit d’une énième agression de chauffeur de benne, le 17 mars dernier, qui a rallumé la brèche . De là, des revendications portant sur les rémunérations et les conditions de travail ont pris le relais.

Faudra-t-il que le préfet en vienne à demander l’intervention des forces de la police pour rétablir l’ordre mais surtout garantir un minimum de propreté, Marseille ayant déjà la réputation d’être une ville sale par certains touristes de passage dans la cité Phocéenne .

En attendant, et par un “heureux” hasard de calendrier, nous pouvons toujours aller voir l’exposition consacrée à la vie des ordures actuellement au Mucem!

Peut-être aurons-nous une autre image des poubelles et de leur contenu en sortant de la visite. Les ordures passant de nuisances à véritable œuvres d’Art!

Marple