Jean Pierre Ameris est parti du livre David Foenkinos pour construire le scénario de ce film. Tout part d’un mal physique commun de notre époque, “le mal de dos”.

Au travers du film, on décrypte que ce mal n’est en fait que le concentré de nos problèmes psychologiques, du stress, des soucis quotidiens tant professionnels que privés, que cet encombrant et très présent mal de dos n’est que la somatisation de toutes nos frustrations sociales interrelationnelles. Nous vivons dans une société qui nous rend malades, nous confine à l ‘individualisme, l ‘égocentrisme, au renfermement sur nous-mêmes à un tel niveau que cela nous provoque d’énormes tourments physiques. Une société aussi qui nous dirige dans les travers du mensonge, même à l ‘égard des nôtres. Nous nous retrouvons tous enfermés  dans le schéma des “non-dits” qui mènent facilement aux mensonges ou du moins à nous absoudre de nous exprimer de façon honnête et sincère. Le film revient ici sur tous ces rapports humains très pervertis et stigmatise au travers de ses aspects médicaux, les conséquences de ce type de “mauvaise hygiène de vie“. Notre société a besoin de clarté dans tous les domaines pour que l’on puisse y progresser et là dans “JE VAIS MIEUX” grâce à une pléiade de bons acteurs sympathiques comme Eric ELMOSNINO, François BERLEAND, Ary ABITTAN, Judith EL ZEIN, Maud BAECKER et Henri GUYBET, nous pouvons découvrir  ce qui s ‘avèrera être la thérapie la plus efficace, en l’occurrence “la vérité thérapie“, c ‘est le choc qu’elle provoquera réciproquement entre toutes les parties impliquées qui permettra à Laurent, notre héros-architecte dans le film, de recouvrer une santé d ‘enfer. Son chemin thérapeutique sera pavé de nombreux chocs qui lui permettront en réglant ses comptes avec toute la société de retrouver une santé parfaite. “Il y a pire que le mal physique, c ‘est celui de l’âme”  écrivait Karl MARX, notre grand philosophe du XIVème siècle.  Révéler les petits tracas du quotidien du genre humain en utilisant la comédie Jean Pierre AMERIS sait très bien le faire souvenez-vous des “émotifs anonymes” qui lui a valu le Magritte du meilleur film étranger en 2011.  

Donc après “la vérité si je mens” de Thomas GILOU, Jean Pierre AMERIS nous a réalisé “la vérité si je guéris”! Alors ce film JE VAIS MIEUX sera dans nos salles dès le mois de mai 2018,  lautremag.news vous le conseille vivement vous en sortirez avec beaucoup moins mal au dos !

CREDITS CERTAINES PHOTOS : Robert POULAIN

MF