Le 12 Février dernier se tenait en la Mairie de Bagatelle du 6/8  EME arrondissements de Marseille la très belle exposition  sur  François d’Assise avec des pièces de la collection privée de Joseph ARAKEL très grand passionné qui a permis au public de découvrir tant de belles choses…

lautremag.news, au delà de cette riche présentation, a voulu vous en dire plus sur ce personnage historique que fut François d’Assise !  

François d’Assise est né sous le nom de Giovanni di Pietro Bernadone en 1182 à Assise, ville située à flanc de colline dans le centre de l’Ombrie, en Italie et mort à Assise a l’âge de 44 ans. Fils ainé d’une riche famille de commerçants de 7 enfants, son père très riche drapier d’Assise et sa mère femme pieuse issue de la noblesse épousée en secondes noces suite à son veuvage. Son père lui donnera le nom de Francesco, (François en français) en hommage au pays qui lui fait faire de très belles affaires, la France.
A 8 ans, François suit des cours et apprend le latin dans l’école de chanoines de l’Église San Giorgio à Assise.
Destiné à succéder son père, il quitte l’école à 14 ans et entre en corporation des Marchands. Il vit une jeunesse dissipée et débridée, à l’époque des révoltes communales qui le mène en prison pour l’année 1203. Malade de la tuberculose, il en sortira grâce à l’argent de son père. La maladie l’immobilise durant toute l’année 1204.

A partir de 1205, a 23 ans, François opère un changement de vie en plusieurs étapes. Alors qu’il rêve d’acquérir le rang de noblesse par de faits d’armes, il s’apprête à rejoindre l’armée de Gauthier de Brienne (comte de Brienne et roi de Sicile) qui avec quelques chevaliers avait mis son épée au service du Pape. Mais en cours de route, à Spolète, il tombe malade et il entend une voix venant de Dieu. Il n’en compris pas bien le message et songeur décide d’abandonner complètement ce projet, quitte ses compagnons d’armes et de fête et reviens à Assise où il se met à fréquenter les chapelles de la Vallée de Spolète et entre de plus en plus souvent en prières. C’est là qu’il entend une voix lui demandant de réparer son Église en ruine. Pour ce faire, il vendra des marchandises du commerce de son père, à son insu, pour pouvoir effectuer les réparations de la vieille chapelle délabrée. Il dépense beaucoup d’argent et son père demande des comptes et l’assigne en justice pour le déshériter.
A l’issu du procès, François rompt la relation avec son père en lui rendant l’argent restant ainsi que tous ses vêtements et déclare a son père et à la foule rassemblée :
“Jusqu’ici je t’ai appelé père sur la terre; désormais je peux dire : Notre père qui êtes aux cieux, puisque c’est à Lui que j’ai confié mon trésor et donné ma foi “.
L’évêque d’Assise l’enveloppe de sa cape pour signifier que l’Église le prend sous sa protection. Par la suite, il mendie pour obtenir de la population des pierres nécessaires à la reconstruction et restaure plusieurs chapelles en Ombrie.

Le 24 février 1209, dans la chapelle de la Portioncule, François comprend enfin le message de l’Évangile et, de converti il devient missionnaire.
Il décide alors d’épouser Dame Pauvreté, fait l’aumône pour vivre, se consacre à la prédication, change son habit d’ermite pour une tunique simple serrée à la taille par une corde.
De nombreux disciples le rejoignent et François se retrouve à la tête d’une petite communauté. Fondateur de l’Ordre des Frères mineurs ou Ordre Franciscain caractérisé par une sequela Christi qui exprime une marche dans les pas du Christ, « Viens et suis-moi », dans la prière, la joie, la pauvreté, l’évangélisation et l’amour de la création divine.
En 2012, Françoise accueille Sainte Claire Offre Duccio parmi les siens et fonde avec elle l’Ordre des pauvres dames appelées plus tard sœurs Clarisses, second ordre franciscain. Un troisième ordre est fondé en 1221, appelé le Tiers-Ordre.
Il fallait s’occuper des nouveaux frères car il y avait de plus en plus de nouveaux. Il fallait instituer une règle et pour cela François se décida d’aller à Rome voir le Pape Innocent III. La première règle a été approuvée en 1209 par le Pape. Mais le texte de la règle a été perdu. La seconde règle écrite en 1221 sous Honorius III n’a pas été approuvée. La troisième règle écrite par François pendant sa retraite dans l’ermitage de Fonte Colombo été approuvée par Grégoire IX en 1223, est toujours en vigueur.
Rapidement, l’ordre franciscain tel que l’avait créé François est dépassé par son succès. Des tendances s’opposent au sein de la communauté et François n’est plus en accord avec les règles initiales comme la pauvreté absolue.
Il désapprouve également le gout naissant des franciscains pour l’étude et l’enseignement.
En 1220, Saint François s’oppose à ces changements. Il abdique.
C’est la renonciation et confie la direction de l’ordre à Pierre de Catane.
En aout 1224, François se retire avec quelques frères au monastère de l’Alverne. Peu de temps après, il aurait reçu les stigmates, marques des plaies de Jésus crucifié.
Très malade il se réfugie là où il avait commencé son itinéraire spirituel ou vit la communauté des sœurs pauvres. Il y écrit son Cantique de frère soleil ou cantique des Créatures, chant religieux écrit en dialecte italien de l’Ombrie, traduit dans de nombreuses langues.
On pense qu’il figure parmi les premières œuvres de littératures écrites en italien moderne.
François d’Assise meurt le 3 octobre 1226.
A sa mort, l’ordre des Franciscains compte entre 3000 et 5000 membres.
Il sera canonisé en 1228 par le pape Grégoire IX.
Le pape Jean Paul II choisira en 1986 la ville d’Assise comme siège de la journée mondiale de la prière.
Le pape actuel a pris le nom de François en signe de pauvreté et de soumission à Dieu.