lautremag.news a eu le plaisir de rencontrer,Monsieur Dominique Sappia, qui a la particularité d’être le kiné de cette talentueuse troupe de la Comédie Musicale “Notre Dame de Paris“. Celle -ci  ne va pas tarder à commencer sa grande tournée dans toute la France et s ‘arrêtera au Dôme de Marseille, le 28/29 / 30 avril 2017.  

Dominique Sappia, habitué des stars qui soigne également les sportifs de haut niveau, a bien voulu nous accorder un peu de son précieux temps afin de répondre à nos questions et nous le remercions.

lautremag.news a rencontré une personne pleine d ‘humilité et de gentillesse qui s’est prêtée avec naturel à notre interview. 

Dominique Sappia est diplômé  kiné ostéopathe depuis 1988,  durant cette année,  il aura la chance de rencontrer Jacques Bailly, alors ostéopathe de l’ATP (l’Association des joueurs de Tennis Professionnels).

Bernard Tapie, débauche  Jacques Bailly  la même année, afin de prendre en charge le staff médical de l’Olympique de Marseille. Ayant apprécié leur  rencontre, quelques mois plus tard,  Dominique Sappia est rappelé pour intégrer l’équipe en charge des joueurs.

De là, Dominique Sappia, avoue simplement,  qu’il est  devenu un peu le  fils spirituel de cette personnalité et que depuis il continue de véhiculer les valeurs que ce père  a  transmis.

 Dominique Sappia, restera 5 années à l’OM football, puis  Tapie lui proposera en 1993 de rejoindre l’OM-Vitrolles handball qu’il préside, son  l’équipe  remporte alors, la coupe d’Europe de Handball.

Pendant ces 8 années où il travaille pour l’ OM, il sera de plus en plus souvent, sollicité à travailler  sur des concerts locaux.  Tout le monde sait que lorsqu’un artiste à besoin de soins d’ostéopathie ou de kinésithérapie ou de massages, souvent, il s’adresse au  grand Club de la ville de Marseille, et c’est ainsi que Dominique Sappia mettra son  premier pied dans le  grand  monde du spectacle.  Dominique s’occupera aussi bien de    Mick Jaegger artiste phénoménale du groupe Rolling Stones  que de Ô combien  talentueux  du Groupe U2.

Il nous raconte que le premier grand tournant dans sa carrière, c’est en 1996 qu’il le prend  lorsqu’il quitte  l’OM et se dirige vers la Formule 1 avec  l’écurie Ligier.

Ils remportent  avec Olivier Panis le Grand Prix de Monaco, dernière victoire d’un pilote Français en grand prix, 21 ans après…

Ensuite Dominique  évolue chez Arrows, avec Damon Hill, Mika Salo, Jos Verstappen, etc…

Ayant un poste de Directeur de l’équipe médicale chez TWR à la demande  Tom Walkinshaw,  Dominique Sappia doit  chapeauter :

  • les Arrows pour la F1,
  • les Nissans pour les 24h du Mans,
  • Volvo pour le championnat de British Touring,
  • l’équipe de rugby de Gloucester !

En 1999, Michael Schumacher a  son accident courant pour Ferrari, Mika Salo le remplace et ainsi Dominique Sappia  finit sa   carrière en F1 chez Ferrari et participe à 66 grands Prix.

Dominique travaillant à Marseille, reste en contact avec le monde du spectacle et il aura en charge Vanessa Paradis en 1993. C’est alors qu’en  Novembre de cette année-là, la plus Grande Comédie Musicale française de tous les temps “Notre Dame de Paris” fait escale à Marseille.

 La production est alors dirigée par Charles Talar qui fait appel  systématiquement, à un  kiné dans toutes les villes où la grande troupe se produit… Il accompagnera la troupe pendant  3 ans, s’en suivra une collaboration  dans la fabuleuse saga  des comédies musicales de l’époque

  • Les 10 commandements,
  • Autant en emporte le vent,
  • les Demoiselles de Rochefort
  •  les Enfants du soleil.

En 2004   Dominique Sappia décide de mettre un terme à sa carrière avec  ce monde de paillettes et de ne se consacrer qu’à son cabinet Marseillais, il gardera néanmoins son activité avec les artistes  se produisant au Dôme et  au Silo.  Puis Notre Dame de Paris repassant par Marseille lors des répétitions de la troupe avant la tournée mondiale, Nicolas Talar, le fils du producteur initial, lui  demande de reprendre du service  pendant une semaine… Et c ‘est là que Dominique Sappia va vivre une vraie histoire d’amour avec Notre Dame, totalement subjugué.

Il ne quittera plus la troupe et l ‘accompagnera depuis 2013 à travers le monde (Singapour, Liban, Luxembourg, Turquie, etc…) et surtout depuis novembre le grand retour en France de Notre Dame.

Dominique Sappia, nous  faut bien comprendre, c’est que Notre Dame de Paris est sa deuxième famille, qu’il en est accroc, tout comme sa fille Morgane qui a grandi dans ce spectacle. Il y a un esprit Notre Dame de Paris  que l’on ne rencontre pas dans les autres spectacles.

Dominique Sappia nous racontera quelques uns de ses souvenirs d’enfance qui l’ont entraîné vers son métier

J’ai rencontré mon premier Maître à l’âge de 8 ans, René-Marie Combemorel, il était mon kiné, là dans son cabinet de Saint-Victor à Marseille, mon quartier de naissance, se faisaient soigner : des sportifs marseillais, les hommes du commissaire N’guyen de l’anti-gang de l’époque et « le chinois » lui-même… Je suis tombé amoureux de la personnalité, du métier et de la manière de procéder et d’aimer le patient de René. Et j’ai donc décidé de faire ce métier… à 8 ans ! Je n’ai jamais changé et donc jamais rien fait d’autre en dehors de quelques petits jobs d’été d’étudiant. Ma vie est faite de hasard et de rencontres, comme souvent la vie… C’est vrai qu’à 8 ans je disais : « je serai kiné, et en plus je serai le kiné de l’OM ! ». J’ai bossé, et la vie s’est chargée de me permettre de faire les belles rencontres, j’ai essayé de rendre le rêve vivant. Je suis le pire sportif de la terre, en ayant pourtant travaillé avec une trentaine de champions du mondes…. Sans doute pour compenser cela que je me suis orienté vers les grands champions  !”.

Il nous raconte une journée type de son métier :

Lorsque je suis à Marseille je commence à 6h30 à La clinique Juge, Clinique du Sport,  j’ai en charge les patients des Dr Franceschi, Richelme, Riera et Sbihi. Puis en fin de matinée je rejoins mon cabinet. Lorsque je suis en tournée avec Notre Dame de Paris, souvent le matin je prends en charge la préparation physique des chanteurs, des danseurs et des acrobates, puis en début d’après midi je me rends au théâtre ou à la salle de spectacle, ou j’enchaîne les soins jusqu’au show et souvent pendant le show car c’est comme pendant un match c’est extrêmement rare qu’il n’y ait pas une blessure même la plus minime lors d’un show. La journée se termine après le show vers 23h30″.

Il n’a pas eu de pire moment nous dit-il :

“Finalement les 9 à 10 années où j’ai cru que je n’avais pas besoin de cette vie et où j’ai cru être sevré… Mais sinon toutes les graves blessures de joueurs ou d’artistes, je les vis comme si l’un des miens était atteint, mais c’est ce qui me permet aussi de me battre avec eux pour la récupération et la rééducation”.

Ses projets

Houlà ! Pour l’instant se profile la tournée française de Notre Dame de Paris avec 22 villes plus la Belgique et la Suisse, que je vais partager avec un autre kiné-ostéo : Nicolas Rouman, qui est un peu ce que j’ai été à Bailly, savoir “mon petit”. Puis nous irons au Liban cet été. Puis viendra le temps en 2018 des 20 ans de Notre Dame de Paris , que j’espère bien vivre de l’intérieur. Je suis à 426 shows j’espère bien aussi franchir le cap symbolique des 500″.

Sa qualité et son défaut ?

Ma qualité, pffff c’est tellement difficile pour que je m’en trouve seulement une. Je dirai gentil… Mais le revers c’est le défaut, je suis coléreux (même si en vieillissant ça se calme), mais pas un coléreux méchant, je suis un peu César de Pagnol, interprété par Raimu, capable de me mettre en colère sur commande, mais parce que je parle fort, parce que je suis marseillais, parce que je galéje… le problème c’est que c’est souvent mal interprété, alors que 2 minutes après moi j’ai oublié“.

 A la question que pensez vous du fait que Marseille se soit proclamée “Marseille  Capitale Européene du Sport 2017” Dominique nous répond :

En ce qui concerne Marseille capitale européenne du sport, je suis a la fois très heureux pour ma ville et les villes environnantes, car certains événements auront lieu près de chez moi à Carry ou  à Sausset. Après j’attends de voir et j’espère vraiment que l’aspect fête populaire prendra le dessus sur le sport d’élite qui est pourtant mon monde. Mais je suis amoureux de ma ville et se son aspect melting pot, carrefour des cultures et des sociabilités. Ce qui est certain est que soit on l ‘aime ou soit on la déteste.  iI faut féliciter la ville de Marseille et Richard Miron pour cette initiative hors du commun.”

A la question est- ce que les stars sont conformes à l ‘image que le public se fait d’elles ?
“il y a celles que l’on croit fières  et hautaines qui ne le sont pas et  qui sont adorables et abordables. puis il y a celles  que l’on croit être des personnes agréables ou des gentilles mais qui se révèlent méprisantes avec  le petit personnel.  Ce qui est sur, c’est que mon métier me permet de côtoyer au quotidien  l’intimité de ses artistes, étant  très proche d’eux, tous bien souvent se confie à moi  car je suis aussi le copain, le papa ou le grand frère autant que le psy… mais en tous cas, je l’espère toujours l’ami”.
Pour conclure nous lui avons demandé, ce qu’il pensait  de la création d’ un nouveau magazine  comme lautremag.news à Marseille ” un média pas comme les autres”  et pourquoi nous avoir fait confiance?

Il nous révélera, que  pour lautremag.news :

je suis très observateur de la presse en général. J’ai pas mal d’affinités depuis longtemps avec les journalistes et bien sur encore plus avec ceux qui honorent ma ville et ma région. Donc c’est avec beaucoup de plaisir que je lis quotidiennement vos chroniques  qui comme son nom l’indique apporte un  nouveau et autre regard”.

Au dela du fait tout particulier que Dominique Sappia soit le kiné incontournable des stars , il maîtrise parfaitement son métier et nous tenons à le remercier sincèrement pour la sollicitude qu’il nous a su nous témoigner.

SAPIA , SAPIENSIS…

AC