Longtemps, la Riviera s’est envisagée l’hiver plutôt que sous le soleil d’été.

Les chanceux d’alors y prenaient leurs quartiers d’hiver avec domestiques pour y humer le bon air marin sans jamais songer à se baigner.

Bien trop vulgaire…Tout ce beau monde avait d’ailleurs été précédé, dés le milieu du 18ème siècle, par les membres de la couronne d’Angleterre qui offraient par leur seule présence à Hyères, Nice et les environs l’éclat de leur nom.
A ce premier tourisme, dirons-nous “médical”, succède peu à peu une dimension purement mondaine et ce grâce à l’essor des voies ferrées qui rend les stations balnéaires faciles d’accès.

Dés 1864, il ne faut plus 4 jours pour gagner le sud au départ de la capitale ! Pour autant l’engouement pour le soleil n’est encore pas de mise car toujours perçu comme peu fréquentable par la high society : afficher une carnation diaphane constitue pour les femmes d’un certain rang un pilier indémodable…jusqu’à l’arrivée d’artistes, gens de lettres…
La mode estivale défile sans retenue sur la promenade des Anglais niçoise, et les parasols rayés deviennent légion sur les plages. La présence active de personnalités contribue à forger l’image d’un terroir des avant-gardes.

Des villas comme celle des de Noailles à Hyères sont édifiées. Cette villa se veut pratique et simple, sobre avec toutefois des aménagements tels annexe, piscine, gymnase, terrain de squash…Le couple d’esthètes y accueille Man Ray pour le tournage des Mystères du château de Dé, Bunuel y médite L’Age d’or, Cocteau, Giacometti ou encore Brancusi y mûrissent leurs réflexions.

Cette aspiration à la beauté et à la création perdure encore aujourd’hui puisque la Villa accueille de nombreuses expositions et le Festival de mode de Hyères.

Dans les années 50, Picasso fera l’acquisition de la villa La Californie sur les hauteurs de Cannes puis celle de Mougins.A quelques encablures de là, Saint-Paul-de-Vence, Aimé Maeght songe à ouvrir une fondation privée destinée à montrer les artistes novateurs.
La période post-hippie plantera quelques fleurons épars, dont le Palais Bulles à Théoule-su-Mer, la Maison Gaudet, à Tourrettes-sur-Loup, condensée du style des années 70. Le Palais Bulles sera acquis par Pierre Cardin en 1992 et entrera dans la légende des nuits de fêtes où tout le monde du showbiz se retrouve….Aujourd’hui le Palais n’est plus une demeure privée mais un lieu de réceptions et d’événements mondains.
Non loin de là, le Domaine du Muy a fait l’objet d’un vaste projet avec villa, jardin, parc qui accueille des œuvres d’art moderne et contemporain, une promenade de santé de 2 kilomètres où s’égrènent une trentaine d’œuvres…
Du côté d’Aix-en-Provence, le Château La Coste possède des œuvres d’art contemporain, des pièces d’architecture sur un parcours entre bois, collines, vignes et champs d’oliviers…et justement lors de notre reportage sur la route des vins, lautremag.news aura le bonheur d’y faire une halte et de vous faire partager la beauté de ce lieu mélange de nature et de culture, de délices visuels et d’extase gustatifs !!!

Décidément, quand nous vous affirmons que Notre Provence est une région bénie des Dieux…Art, Nature, Climat, Gastronomie et bien sûr Autochtones !!