Connaissez-vous le château de la Colle Noire, ce trésor provençal si cher au cœur de notre Maître couturier Christian DIOR ?
Imaginez un château-jardin perché dans l’arrière-pays varois, à 40 kms de Cannes et 18 de Grasse, au milieu des cigales et des effluves enivrantes…
Une bastide provençale édifiée à la fin du 19ème siècle par un notable local qui ne doit, aujourd’hui, sa grandeur qu’à la restauration effectuée par Christian Dior en 1950.
C’est dans ce havre de paix que le couturier file se ressourcer après ses collections parisiennes, à bord du mythique Train Bleu. Là surtout qu’il réalise son rêve ultime, plongé dans son intimité et redevenir le Christian sans la pression dû à son nom. Un paradis retrouvé, un cocon enchanté dont les jardins, conçus par le Maître, étaient l’écho méridionale de ceux de la villa Rhumbs, celle aussi célèbre de son enfance normande.

A la Colle Noire, tout n’est que lumière. L’attachement du couturier est sincère, profond,  il lui vient du cœur et imprègne même ses collections qui, à l’époque, après le succès de la forme ” corolle” des débuts, explorent de nouvelles lignes.

Tout ici est source d’inspiration :

  • la clarté de l’air, propre à la Méditerranée toute proche,
  • le vent qui s’engouffre dans ses vallons,
  • les couleurs des fleurs, roses de mai, jasmin et muguet qui parsèment les sous-bois.
  • les jeux d’ombre et des lumière des arbres, oliviers, cyprès, amandiers qu’il fait planter par centaines.

Et tout cela  se mêlant dans des effluves suaves qu’un nez tel que le sien ne pouvait que percevoir les délices.

C’est dans cette région de Grasse, aujourd’hui terre d’élection de la maison de parfums, qu’il a d’ailleurs conçu Miss Dior. Pour lui, cet homme attaché au luxe mais aussi épris du plaisir de la terre, La Colle Noire est un réel aboutissement, un reflet de son imagination, loin de l’avenue Montaigne et de ses mondanités.
Il possèdera aussi des caisses entières de vin marquées de ses initiales CD, son lit aussi sera gravé au pochoir : chaque détail étant minutieusement pensé.
Aujourd’hui, la maison Christian Dior parfums continue la restauration puisqu’à la chambre Retour d’Egypte et autres salons d’origine ont été ajoutées cinq suites, dont le nom ( Picasso, Dali, Chagall, Gruau, Bérard) est un hommage aux amis et autres invités prestigieux.
Imaginons, alors, toute cette joyeuse bande vivant des moments d’éternité, des heures de bonheur…ou de virées rocambolesques!
Et là en un instant, conformément à ses désirs, oubliant le nom Dior et redevenant Christian, l’ami de tous, sans le costume du couturier mais en tenue de villégiature, il se sentira toujours lui-même au milieu d’une nature luxuriante, d’odeurs entêtantes, de saveurs gourmandes dans le paradis terrestre qu’était, et restera, notre Provence.
C’était l’âge d’or de La Colle Noire….et des histoires de ces personnalités qui ont contribué à sa renommée, lautremag.news, vous en racontera encore prochainement…

KL