C’est lundi 19 juin que se tenait le lancement officiel de la campagne “Des fleurs pour des Abeilles” dans la commune de  Mazaugues, dans le Var.

Il semblerait qu’on s’y intéresse de très prés puisque de nombreuses personnalités très engagées  pour la planète en matière d’environnement étaient présentes.

Le Prince Albert II de Monaco ainsi que de grands dirigeants comme Laurent Boillot PDG de Guerlain, et Bernard Michel Président de Gecina, et Olivier Faujour PDG de Yoplait,  José Santucci, Directeur Général du Crédit Agricole ont relevé l ‘importance des abeilles dans notre écosystème. Nous savons que si les abeilles venaient a disparaître complètement cela provoquerait indéniablement une catastrophe d’une très grande ampleur pour le système écologique et la survie des espèces. 

Les abeilles vivent t en société, et font  partie d’un ensemble qui doit s’organiser pour survivre. Elles possèdent  un moyen de communication très précis pour s’accorder avec ses congénères. Leur mémoire  est abondamment développée afin de se rappeler le rang qu’elles occupent au sein de la hiérarchie. Ainsi chaque abeille a un rôle précis à jouer dans la vie de la ruche… C’est donc une société structurée qui évolue en parfaite harmonie.
Chaque abeille dépend de l’autre et c’est autour de la nourriture que se tissent des liens étroits.
Toute cette société est réglée et parfaitement établie. Chaque abeille nait avec le même instinct inné et héréditaire qui lui permet de connaître la tâche qu’on attend d’elle.

Il y a plusieurs sortes d’abeilles :      
–  les abeilles “butineuses”  qui sont en charge d’amener le pollen,
–  les abeilles “ventileuses”  elles régulent le chaud en hiver et le froid en été afin de rester a bonne température,
–  les abeilles “gardiennes” contrôlent les vas et viens  de leurs semblables dans les ruches,
– les baby-sitter les abeilles qui s’occupent de la progéniture.
Les abeilles vivent en colonies, et chaque colonie peut contenir de 10 000 à 80 000 individus.
Dans une journée de 24 heures, une colonie comportant près de 40 000 abeilles et dont le nombre de butineuses avoisine les 10 000, visite un total de 21 millions de fleurs. Dans ce cas, une abeille seule visite donc 700 fleurs.  Les abeilles se déplacent dans un rayon de moins de 5 km autour de la ruche afin de collecter le précieux nectar.
   En transportant le pollen d’une fleur à l’autre, les abeilles permettent aux plantes à fleurs de se reproduire. Parmi les pollinisateurs, l’abeille est la plus efficace. Les abeilles pollinisent 80 % des plantes à fleurs du monde et contribuent ainsi à la survie de certaines espèces végétales.   
Depuis leur naissance il y a 65 millions d’années, elles ont permis la reproduction des espèces végétales, à travers le temps.
Elles ont plusieurs répercussions sur la nature :
– L’explosion de nouvelles variétés dans des environnements ou le vent ne peut servir de pollinisateur.
Favoriser le croisement des espèces végétales.
– Contribution à la sauvegarde de la végétation naturelle, des plantes sauvages et des plantes rares.
Exemple de pollinisation de l’abeille : 
Dans un champ d’oignons, la pollinisation des abeilles est responsable de 65 à 75% de la production.
Dans la culture des fraises, la pollinisation des abeilles est responsable de 85 à 90% de la production.
Les abeilles sont indispensables pour la pollinisation des arbres fruitiers.
Les grandes cultures comme le sarrasin, le colza, le tournesol ont un grand pouvoir mellifère.
Des fleurs comme l’orchidée sont exclusivement pollinisées par les abeilles.  
Ce qui montre l’importance de la présence des abeilles Mais Depuis quinze ans, les abeilles se meurent et la production française de miel a chuté de moitié. Qui sont les principaux responsables ?

En l’espace d’à peine un siècle, la société moderne occidentale a presque réussi à éradiquer l’abeille à miel et le sort des abeilles sauvages ne vaut guère mieux. Quelle prouesse!

En fait, les agresseurs de l’abeille que nous venons de décrire ne sont pas des ennemis: ce ne sont que des agents de nettoyage chargés d’éliminer ce qui n’est pas conforme aux lois de la nature. Et pourquoi l’apiculture moderne n’est-elle pas conforme aux lois de la nature ? Parce que l’homme moderne a perdu tout sens du sacré. Il n’est obsédé que par la productivité. Il faut que cela crache, et en l’occurrence, du miel, de l’estomac de l’abeille. Et puis bien sûr de la force de pollinisation. Alors que devons nous faire ?”

Déjà si on  sème,  à l’occasion de cette campagne, pour renforcer l’ alimentation de ces petites bêtes de nombreuses fleurs cet été, nous contribuerons à faire changer un peu les choses.

Vous dire, qu’il existe grâce à cette campagne , des collaborateurs, des ambassadeurs,  qu’ils vont agir ensemble à travers ce grand mouvement, ils se sont engagés pour défendre cette grande et noble cause. Mais que tout individu peut prendre conscience, qu’il faut protéger la planète et qu’il est enfin venu le temps des véritables prises d’ actions ! 


MF